Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

A la découverte des travaux

Le théâtre Molière de « Cette »* ouvre ses portes le 12 avril 1904 devant quelque 1041 spectateurs venus applaudir La Favorite de Donizetti alors que les travaux, confiés à Antoine Gour, architecte de la ville, avaient, quant à eux, débuté le 7 février 1898.

Le théâtre Molière appartient à la grande famille des « théâtres à l’italienne » dont on peut trouver les origines dans les principautés italiennes du XVIe siècle. La représentation à l’italienne offre à la fois les meilleures conditions de visibilité et d’acoustique. Elle permet également toutes les transformations scéniques que l’action peut exiger.

Le traité sur les machines de théâtre de Niccolo Sabbattini, paru en 1637, formulera les règles architecturales de ce type de salle. Le théâtre de la Fortune à Fano (Giacomo Torelli, architecte) et le théâtre Falcone à Gênes (Giovanni Angelo Falcone, architecte) apparaîtront comme les deux modèles proprement italiens du XVIIe siècle.

Mais l’exemple le plus marquant que l’on puisse évoquer, est sans conteste, le théâtre Olympique de Vicence, conçu par l’architecte Palladio et inauguré en 1585. C’est le premier théâtre permanent (entièrement fermé et couvert) aménagé dans les murs d’une ancienne forteresse.

Le Teatro San Cassiano édifié à Venise fut, quant à lui, le premier théâtre payant (considéré comme une avancée vers la démocratisation à cette époque) et ouvert au public en 1637 : une salle, dessinée selon une courbe circulaire tronquée aux trois quarts avec une scène munie d’un système de machinerie perfectionné. Du fait de ses nouvelles dimensions, la scène voit sa superficie doubler, sa hauteur tripler. Des dessous de scène sont créés sous le plateau pour y loger les décors rigides (fermes).

Toutefois, force est de constater que c’est véritablement au XVIIIe siècle que le théâtre à l’italienne trouve toute sa dimension. Il est un lieu de divertissement, d’expression théâtrale et musicale et dans lequel les spectateurs se jouaient entre eux la comédie de manière originale et quelquefois libertine pendant que sur la scène, les acteurs jouaient la comédie dans de somptueux décors mus grâce à des équipements scéniques ultra sophistiqués. L’architecture théâtrale dite « à l’italienne » est devenue un rite social.

Inscrit au titre des monuments historiques depuis 2003, le théâtre Molière – scène nationale de Sète et du Bassin de Thau, dirigée par Yvon Tranchant, a fermé ses portes au mois de juin dernier et ce, pour deux saisons dans la perspective d’une réouverture à la rentrée de la saison 2013/2014. L’activité de la scène nationale se poursuivra néanmoins au Chai Skalli, vaste entrepôt vinicole sétois aménagé et équipé à cet effet. Cette fermeture permettra de réaliser d’importants travaux de restauration et de rénovation devenus nécessaires au fil des ans afin de préserver sa spécificité patrimoniale mais aussi de l’adapter aux techniques nouvelles du spectacle vivant.

Xavier Fabre et Vincent Speller, architectes, ont défini un programme qui porte sur la qualité d’accueil et le confort du public, la mise aux normes de l’équipement scénographique de la cage de scène, la restauration complète des décors des foyers et de la salle, la création d’une petite salle en sous-sol et d’une salle de répétition dans les combles ainsi que l’aménagement des abords et la réfection des façades.

Portés par Thau Agglo, ces travaux ont fait l’objet d’une étroite et précieuse collaboration entre les services de la conservation régionale des monuments historiques et des arts du spectacle de la DRAC Languedoc-Roussillon, en liant, en permanence, contenant et contenu dans la continuité d’une aventure voulue par les Cettois, dès 1887, qui réclamaient une salle dotée d’équipements appropriés au service d’une programmation artistique de création et de diffusion du spectacle vivant.

 

François Duval
Conseiller pour le théâtre et la danse
Coordonateur du pôle création et diffusion artistique, DRAC LR

 

*Sète a changé de nom à plusieurs reprises. Cette s’est transformée en Cète pour devenir en 1927 et encore aujourd’hui « Sète », après Sette, Spete, Cète ou Cept sous l’Ancien Régime

 

 

 

Engagés par Thau agglo – maître d’ouvrage et le cabinet d’architecte Fabre / Speller – maître d’oeuvre, les travaux de restauration, de rénovation et de réhabilitation du Théâtre Molière ont débuté comme prévu en septembre 2011. La saison 2012-2013 verra la poursuite et l’achèvement des travaux dans leur totalité, pour une ouverture prévue à l’automne 2013.


Ce qui a été réalisé : suivez le plan 

1ère partie des travaux 

Avant la démolition, le démontage des fauteuils du parterre de la grande salle historique (1) a été réalisé. Souvenez-vous : dès le mois de décembre, vous avez été les acteurs nombreux de la transhumance des fauteuils du parterre, du Théâtre Molière au Chai Skalli, dans le cadre de l'opération « A vos fauteuils ! ».

Cette première partie des travaux a consisté en une phase lourde de démolition de la salle historique (1), avec le démontage de la scène (6), de la cage de scène (6), du gril scénique (8), des loges (10), des bureaux administratifs (11), de l’espace de livraison de décor (9) et du chauffage (12).

Les fondations, les second et premier dessous de scène (7) et l’ancien caveau (2 et 4) ont été dégagés en totalité.

Le parterre existant de la salle historique (1) à été démoli et reconstruit pour améliorer la courbe de visibilité des spectateurs. Le volume dégagé en sous-sol a permis la création d’une petite salle de spectacle d’une centaine de places (2). Le gradin de la petite salle est en cours de réalisation et la nouvelle dalle du parterre (1) a été coulée.

 

 

 

 

Les travaux à venir

 

Les volumes latéraux de la scène et l’arrière-scène (6 et 8) sont en cours de réalisation. La structure des ouvrages sera terminée fin juin 2012. Le gros oeuvre sera réalisé entre mi-juin et mi-juillet 2012.

 

Les travaux sur la charpente (13) et la serrurerie scénique (6, 8) débuteront à partir de septembre 2012.

C’est à cette même date que la restauration de la partie publique, hall d’accueil (entre 3 et 4), Foyer (3) et salle du Théâtre Molière (1) va se mettre en place :

 

- restauration complète des décors, fresques, peintures et dorures

 

- restauration de la lustrerie et des tentures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux de finition et d’agencement intérieur de la partie administrative s’effectueront en parallèle des travaux de restauration.

 

L’aménagement des abords et la réfection des façades clôtureront avec bonheur ce vaste chantier qui aura duré deux saisons.