Partager
Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Editos

« Franchir les portes d’un théâtre est sans doute aujourd’hui l’un des meilleurs remparts à l’individualisme. Et cette saison, plus que jamais, nous éprouverons le besoin de nous retrouver ensemble.

Ensemble, avec les artistes qui éprouvent chaque fois un réel plaisir à fouler les planches de l’illustre Théâtre Molière, lieu chargé d’histoire qui a su s’adapter aux exigences techniques tout en conservant son âme… Ensemble avec les associations de notre territoire qui, malgré un contexte difficile, nous amènent avec fougue et passion sur les sentiers variés qu’engendre la créativité. Ensemble avec le jeune public qui, d’année en année, investit un peu plus ce lieu pour y faire résonner un souffle de dynamisme et de fraîcheur. Ensemble tout simplement !

C’est pour tout cela que la Communauté d’agglomération du bassin de Thau fait le choix de soutenir la Scène Nationale pour son rôle d’acteur majeur de la diffusion artistique et de créateur de lien social et d’attractivité pour notre territoire.

Mais notre soutien au spectacle vivant n’est pas la seule implication de notre engagement dans le domaine culturel. Thau agglo détient depuis cette année la compétence liée aux conservatoires de musique et d’art dramatique. A ce titre, un projet ambitieux de construction d’un nouveau conservatoire à rayonnement intercommunal, futur phare de l’enseignement artistique sur notre territoire, verra le jour dans quelques années, au Quai des Moulins à Sète, et je ne doute pas qu’avec la Scène Nationale, ils sauront établir de fructueuses passerelles. C’est un acte fort à la hauteur de vos attentes et de nos exigences.

En attendant, une nouvelle saison débute. Je souhaite qu’elle suscite en chacun d’entre vous une émotion, un moment d’évasion, de plaisir où culture rimera avec créativité, partage et convivialité. Que ce programme nous apporte ce supplément d’âme si caractéristique de notre territoire.

Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne saison 2016-2017. »

François Commeinhes
Président de la Communauté d'agglomération du bassin de Thau
Sénateur - Maire de Sète

 

 

*******************************

 

 

« En 2016/2017, je dirigerai « ma » 14ème saison à la direction de la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau ! Quatorze saisons consacrées inlassablement à ce que la Scène Nationale se structure et se développe, au gré de l’évolution de la société en général et des politiques publiques de la culture en particulier.

J’affirmais en 2004/2005 que « la Scène Nationale est la Maison du public et des artistes ». Cette affirmation demeure, plus que jamais, d’actualité. Notre Maison dédiée aux artistes et au public n’a cessé de se structurer et de connaître des « phases » de développement sans pareil au fil des saisons. Un petit résumé de tout ce qui a permis et contribué à l’évolution de notre Scène Nationale :

- Transfert d’intérêt culturel communautaire de la Scène Nationale, de la Ville de Sète à la Communauté d’agglomération du Bassin de Thau ; les moyens financiers ont accompagné cette évolution territoriale et ont préfiguré, à l’époque, les contours actuels du projet artistique et culturel.

- Programmation artistique et culturelle permanente décentralisée sur le territoire du Bassin de Thau, et au-delà, en s’appuyant sur des spectacles « jeune public » et « tout public » programmés à proximité de la population, là où il n’y a pas de salles de spectacles.

- Prise de possession du Théâtre Molière, dans sa totalité, avec la structuration progressive et évolutive de l’équipe permanente en « services ».

- Etude et travaux du Théâtre Molière qui ont donné lieu, deux années durant, à une rénovation et à une modernisation de l’outil exceptionnelles en regard de ses qualités patrimoniales.

- Ouverture et fonctionnement d’un autre lieu dédié aux spectacles vivants durant les travaux du Théâtre Molière, le Chai Skalli. Un lieu résolument contemporain qui aurait été le lieu complémentaire idoine du Théâtre Molière s’il avait été maintenu.

- Transfert définitif de La Passerelle, lieu de spectacles sur l’Ile de Thau, auprès de la Fédération des MJC, plus à même de conduire une politique sociale et socio-culturelle que la Scène Nationale, sur le quartier notamment.

- Affirmation progressive d’un outil de production au service des artistes et des compagnies, au fil des saisons, permettant de renforcer la création de spectacles chez nous et de développer l’accueil de spectacles créés dans d’autres théâtres et présentés dans le cadre de la programmation pluridisciplinaire.

Les spectacles créés dans le cadre de la Fabrique-production bénéficient d’un accompagnement permanent de la Scène Nationale, en optimisant les conditions économiques de production et les tournées régionales, nationales et internationales.

- Une programmation pluridisciplinaire qui témoigne réellement de l’actualité artistique nationale et internationale ; seul le tassement des moyens financiers nous empêche de maintenir en l’état le nombre de spectacles et le nombre de représentations.

- Grâce au concours des partenaires publics, en premier lieu de Thau agglo et du Ministère de la Culture - DRAC Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le budget a été consolidé et développé saison après saison, complété par la création d’un Club d’entreprises mécènes qui couvre la réalité du tissu économique local et qui fait la fierté de la Scène Nationale : que son président Hugues Dupuy et toutes les entreprises en soient remerciés. D’un budget global de 2,1 millions d’euros en 2004, le budget a oscillé entre 3,6 à 3,8 millions d’euros ces dernières années .

- Hors personnel d’accueil, intermittents techniques, collborateurs divers, hors agents de sécurité et hors personnel de La Passerelle, la Scène Nationale est passée progressivement de 16 permanents en 2004/2005 à 25 permanents en 2015/2016, marquant ainsi résolument son attachement au développement et à la pérennité des emplois culturels.

- La Scène Nationale est la Maison du public ! De 30 000 spectateurs environ à mon arrivée, nous avons franchi le cap des 50 000 spectateurs pour nous stabiliser aujourd’hui autour de ce nombre, avec plus de 4 000 spectateurs abonnés. Les partenariats culturels, associatifs, professionnels sont légions et le rayonnement de la Scène Nationale en fait aujourd’hui un établissement culturel incontournable dans notre région.

La liste des « indicateurs » n’est pas exhaustive. Beaucoup de choses ont été faites, mais les principes d’équilibre qui régissent le projet artistique et culturel de la Scène Nationale se doivent d’être maintenus et pérennisés et non soumis à des diktats qui sentiraient l’archaïsme ou la fuite en avant. Nous sommes en mutation, c’est un fait. Raison de plus pour asseoir le bien-fondé et la légitimité de la Scène Nationale, car elle joue un rôle majeur dans la régulation de la vie sociale, culturelle et artistique de la population.

Des questions demeurent : le maintien des financements publics, l’évolution de notre territoire pratiquement à tous les endroits géographiques, la place de l’intermittence, la place véritable de l’art et de la culture dans nos démocraties, etc.

En revendiquant une fois de plus que la Scène Nationale doit rester la « Maison des artistes et du public », je prends date pour l’avenir de nos Maisons, en informant que je mettrai fin à mes fonctions de directeur à l’issue de la saison 2016/2017 et que je préparerai l’arrivée d’un successeur. De tout cela, nous aurons l’occasion d’en reparler.

En attendant, cette nouvelle saison s’annonce résolument pluridisciplinaire, interculturelle et intergénérationnelle, faisant la part belle aux artistes et au public. Avec densité et qualité.

Permettez-moi d’associer à cette saison, et de remercier les membres du bureau de l’association de la Scène Nationale, véritable « militant » (ce n’est pas un gros mot !) de l’esprit qui préside au final dans nos maisons : assurer des ponts et des passerelles entre la tradition et la modernité.

Bonne saison à toutes et à tous ! »

Yvon Tranchant
directeur